En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques d’utilisation.

BOUTIQUE


Nicolas Vidal

 

| Pop - France

Pop boy aux cheveux gris, Nicolas Vidal navigue dans les eaux underground de la pop française depuis son premier album «Des Ecchymoses» sorti en 2011. Après «Les nuits sereines n’existent pas» (2016), album sous influence(s) Jacno/Mikado, son 3ème album «Bleu piscine» joue les prolongations pop sous les influences conjuguées de Vince Clarke et David Hockney, Isabelle Adjani et Phoenix, Prince et Alain Chamfort.
Nicolas Vidal n’est plus tout à fait un jeune premier qui aurait découvert la synth-pop dans un lot de 33 tours au coin d’une brocante. Après une première vie dans ... le théâtre et la radio et une vie parallèle dans la mode, cet autodidacte considère la musique comme faisant partie d’un processus créatif, au même titre que la photographie ou l’écriture. Son nouvel album «Bleu piscine», écrit et composé en majorité au printemps 2017 entre la Corse, Paris et Bangkok, et enregistré dans la foulée, a la spontanéité des hits estivaux, totalement hantés par les figures artistiques qui ont accompagné cet «Eté dandy» (David Hockney, Jacques De Basher, Isabelle Adjani). Solaire et emprunte d’une sensualité plus apparente («Roche», «Sous ton ombrelle»), la pop de Nicolas Vidal se fait plus dansante, tout en étant de plus en plus personnelle («Bleu piscine», «La vie d’avant»). Délaissant parfois les effluves lo-fi qui composaient la majorité de son deuxième album, Nicolas Vidal opte pour une pop un peu plus urbaine («AR mon amour, «Transe»), aidé en cela par la production plus électro clash de Valentin Aubert (aka Aube) dont le travail sur le son et les arrangements a été primordial pour emmener les chansons en dehors de leur zone de confort. Mais les amours de jeunesse ne passent pas si facilement et un détour par la case eighties était obligatoire pour parler de la fin d’une histoire d’amour façon nouvel Hollywood («Balboa») ou pour évoquer la chute d’une idole fashion façon Erasure en compagnie d’Une Femme Mariée («John»).
Les textes, moins autocentrés, font place à une actualité teintée d’intime (le pré Brexit «Pop Boy à Paris», le manifeste sur la norme amoureuse «L’amour qui penche») et constituent la bonne surprise de ce nouveau disque.


Lire la suite

Lire moins

PHOTOS


MUSIQUE


Écouter sur :

ACTUALITÉS


CONTACT